39-45

# 21/10/2007 à 16:48 professeur

Professeur...c'est le pseudo que les plus jeunes surnommés "Tatum" "Pintcho","Boeuf"et les autres m'ont affublé,me prédestinant,affirment-ils,à faire carrière.Ensemble,nous avons grandi et respiré ce mélange d'air particulier émanant du poumon vert du jardin d'essai et celui crachant le noir de la compagnie Lebon,au rythme des battements des gazomètres et des allées et venues du pont grue déplaçant les boulets.Précisons qu'il s'agit là de coke ou de charbon,car dès 1942-1943,nous avons été exposés aux bombes.Grâce à Dieu,comme on disait la-bas,mais aussi à la D.C.A. du Fort des Arcades le bombardement allemand a manqué la cible de l'usine à gaz.Les obus accompagnés de leur sinisre sifflement sont allés se ficher dans le Jardin d'Essai,heureusement sans exploser,à quelques dizianes de mètres de nos immeubles fortement secoués.Dirigés préalablement par la Défense Passive vers nos abris dans les caves de la cour "d'en-bas",nous pouvions nous attendre à voler en poussière lors d'une deuxième attaque.
Durant cette période tragique de notre petite enfance,notre rayon d'action se limitait entre le chemin Vauban et le boulevard Thiers prolongé.Les Américains occupaient l'école du stade municipal et le Jardin d'Essai servait de camp de prisonniers.Un jour,alors que nous nous amusions"derrière chez les soeurs",des prisonniers Italiens(?)cachés dans le canal évacuant l'eau de la piscine municipale et par le soupirail du muret nous ont demandé par un jeu de mimiques d'aller leur acheter une bouteille de vin.Apitoyés,munis de leur bouteille et de leur monnaie passées à travers les barreaux nous nous sommes rendus chez M.Oliver,marchand de vin ,pour leur rapporter le divin breuvage(9 ou 10°).Le lendemain,nos jeux nous ramenaient dans le coin de cette impasse et à nouveau nous étions interpellés par les mêmes hommes derrière les barreaux.Cete fois,leur"jeu des métiers muets"nous faisait deviner qu'ils voulaient une scie et une lime.Soudain nous réalisions qu'ils étaient nos ennemis et nous détalâmes en laissant échapper un juron,aujourd'hui politiquement incorrect mais facilement compris par les intéressés.Tchào!

Répondre à ce message

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×